Expo – Jacques Lélut

La Recyclerie Fantastique

« Il y a bien longtemps, dans une lointaine galaxie, j’avais présenté pour une des premières éditions du BIFFF, quelques personnages grandeur nature, pour la sortie du film Dune de David Lynch, c’étaient mes tous premiers pas en Belgique… S’en suivirent : «Trésors d’Etoile» et «Odyssée Jodorowsky».

 

C’est donc non sans une certaine émotion et avec beaucoup de fierté que je réponds à cette invitation d’exposer une bonne partie de mes œuvres existantes pour cette édition phare du BIFFF!

Et pour ceux qui ne connaitraient pas mon travail:

Né le 1er avril 1947 à Saint-Malo, je commence sur scène comme «jeune premier» (ORTF, Centre d’art dramatique de St-Etienne, Festival d’Avignon…). Mais je développe en parallèle une aventure de création personnelle de mondes imaginaires en volume, inédite et originale, inspirée d’univers cosmiques et de science-fiction : soit, depuis 1978, plus de 200 expositions itinérantes, que je scénographie moi-même, avec une équipe de joyeux complices, ajoutant jeux de lumière, légendes, musique, pour nous embarquer vers un ailleurs et interroger le visiteur sur notre place dans l’Univers…

Dans les lieux les plus divers: 7 voitures du Train des Galaxies perdues dans les gares parisiennes, deux péniches au Pont de la Concorde, chapiteaux, usines, théâtres…      

 

Entre deux expositions, je mets en scène, en extérieur, de grands spectacles participatifs, teintés de fantastique, mêlant toutes disciplines artistiques, effets spéciaux, images géantes…qui dénoncent avec forces et poésie nos dérives humaines et imagent nos espoirs…

Travaillant depuis maintenant 40 ans à partir d’éléments de récupération ou détournés de leur fonction, on me qualifie volontiers de «facteur cheval de la galaxie»            

 

A ce jour je mets plus que jamais toute mon énergie de plasticien, à créer des univers oniriques et imaginaires autour des conquêtes de l’exploration spatiale et la préservation de notre planète, propre à susciter des émotions, voire des vocations…

 

Bonne et belle traversée stellaire… »

 

Jacques Lélut