Everly

Everly Poster

Après avoir survécu à un viol collectif de yakuzas peu familiers avec l’esprit de Noël, Everly réplique sur un coup de tête en dégommant à coups de douilles fumantes ces petites frappes, qui expirent vite fait, le slip sur les chevilles. Ça soulage, certes, mais notre Calamity Jane de la prostitution se rend compte qu’elle risque un retour de flamme très violent : non seulement, elle est bloquée dans un bordel de luxe pour mafieux nippons mais, en plus, son mac – qui n’est autre que le parrain des yakuzas – lui colle illico un contrat juteux sur la tête. Bloquée dans ce qui ressemble de plus en plus à un cercueil joliment décoré, Everly va devoir affronter des vagues d’assassins professionnels ou improvisés, au rang desquels on retrouve ses ex-copines du sexe tarifé, des flics corrompus armés jusqu’aux dents, ou encore un maître sadique de la torture. Et, comme si ces tombereaux d’emmerdes ne suffisaient pas, voilà que sa mère et sa fille débarquent dans l’immeuble afin de grailler un bout de dinde en chantant Jingle Bells…

Outre-Atlantique, certains machos ont pitché Everly comme un Piège de Cristal avec des nibards. Alors, c’est pas faux, mais on ne saurait réduire ce huis-clos badass à cela : en parfait connaisseur du film d’exploitation qui défouraille avec générosité, Joe Lynch (Chillerama, Knights of Badassdom) nous livre une perle œcuménique qui réjouira autant les amateurs d’action gratinée, les fans de gore et les clients friands d’humour noir. Le tout servi par la magnifique Salma Hayek ; franchement, on ne va pas tortiller !

Ce film fait partie des 4 films (+ petit déjeuner) de la Nuit Fantastique qui est un achat indivisible.

Genre action, gore
Compétition Compétition Internationale
Pays USA
Audience ENA
Audio Anglais
Sous-Titres Français, Néerlandais
Réalisateur Joe Lynch
Cast Hiroyuki Watanabe, Jennifer Blanc, Salma Hayek, Togo Igawa
Distributeur Splendid Films
Année 2014